Massoudy    Calligraphe
Hassan Massoudy calligrapher
   

 

LA PRESSE

extraits

  • Les pleins et les déliés, les pigments et les liants, l'espace et ses limites, la force et la fragilité. Tout passe par le geste, le traverse en étant traversé par lui. Rapide, lent, poussé ou tiré, il suit la courbe des phrases poétiques qui inspirent l'artiste, jusqu'au point d'équilibre de ses émotions. Les couleurs, intenses ou transparentes sur le blanc de la feuille, s'insinuent dans la forme tracée par le calame taillé par ses mains. La lettre du commencement devient l'abstraction de l'image, le sens des mots qui la transcendent. Se dégage alors une richesse profonde et intérieure, une harmonie qui soutient l'intention et son résultat. Accrochages, Genève, novembre 2013
  • A première vue, ce n'est que de l'encre sur du papier. Mais ces encres, Hassan Massoudy, le grand maître de la calligraphie contemporaine, les fabrique lui-même. Jusqu'à ce qu'elles soient traversées par la lumière, comme les vitraux dans une cathédrale... S'y ajoutent, comme en des souffles maîtrisés, la pureté des lignes et la légèreté de ces spirales dont il a trouvé l'inspiration dans un grand coquillage... Tribune des Arts, Genève, octobre 2013
  • Massoudy porte, dans ses géométries de cathédrales et navires aux verticalités vertigineuses, l'héritage d'une culture entre deux rives. L'Orient et l'Occident se rencontrent et s'entrelacent sans interdits. Dernières Nouvelles d'Alsace, 9 décembre 2011
  • Il créé une oeuvre d'une grande légèreté qui joue avec les transparences et interprète les vides pour proposer un étrange voyage dans un univers de signes ancestraux et d'évocations contemporaines. Arts Actualités Magazine, mai/juin 2008
  • Ses calligraphies sont des tableaux colorés, fait peu habituel dans l'univers de la calligraphie arabe, traditionnellement réalisée à l'encre noire. Avec lui, les lettres se transforment en étandards qui, jouant de la transparence, sont autant de voiles gonflées par le vent, porteuses d'un infini désir de liberté. Le Monde des Religions, mai/juin 2008
  • Que ce soit dans la forme ou dans la couleur, les calligraphies de Massoudy touchent au coeur....Tel un derviche, Hassan Massoudy tourne autour de ces mots, les caresse, comme son calame le papier, les recrée. Sa calligraphie à lui est une belle histoire d'amour. Midi Libre, mars 2004
  • L'héritage européen, une réflexion sur la calligraphie chinoise, son goût pour inventer des couleurs et ses voyages incessants en France à la recherche d'échanges vrais, le mettent sur la voie d'une pratique picturale qui dépasse les clivages établis. Aujourd'hui, c'est un calligraphe au sommet de son art en pleine évolution, qui signe des œuvres riches de toutes ces influences. Madame Figaro, nov. 2002
  • …stupéfiant de beauté, de légèreté, de mouvement, un art en soi, une école, un renouveau de la forme et de l'ampleur du trait. Une "abstraction lyrique", dans le sens réel du terme qui puise ses racines dans la tradition et la sagesse. Jamais la poésie ne s'est exprimée aussi intimement dans une peinture. Il a réécrit les vers, les phrases avec des dessins calligraphiques d'une élégance à couper le souffle, d'un équilibre émouvant, vibrantes comme des flammes, fortes comme des citadelles… Une merveilleuse façon de relier la réflexion morale à la recherche esthétique. Arts Actualités Magazine, oct. 2002
  • Les lettres d'Hassan Massoudy, transportent, élèvent, embrasent ou apaisent. Et rapprochent. La Vie, déc. 2001

  • ... les calligraphies élancées, élégantes, tourbillonnantes, effarées de Hassan Massoudy. Certaines calligraphies ouvrent démesurément les yeux et paraissent déborder des pages, d'autres se blottissent tendrement ou s'apaisent dans le bleu. On passe de l'angoisse et de la cadence de la marche, à la flamme douce de l'amour, à l'espoir ensoleillé et fragile comme sable... Terre du Ciel, 1997

  • Hassan Massoudy est un voyageur sans destinations, un pourvoyeur de songes, un passager de l'écriture, scribe d'un savoir perdu pour lequel chaque mot, chaque trouvaille a la magie de la conquête. Plumes, 1997

  • Sans théorie ni discours superflu, Hassan Massoudy a choisi de mettre en valeur les paroles des hommes de bien. Il a l'élégance de le faire avec jubilation et générosité. Après avoir vu son œuvre, personne ne se posera plus la question de savoir à quoi servent les calligraphes. Madame Figaro, 1997

  • On peut affirmer qu'Hassan Massoudy a fondé la calligraphie de l'ère spatiale... Hebdo Actualité Sociale, 1996
  • Dans une atmosphère feutrée tous les participants s'appliquent à reproduire le tracé fluide des lettres arabes ou latines, à trouver une gestuelle libre tout en maîtrisant la technique de l'encre au roseau. Les signes se multiplient traduisant inévitablement l'état d'âme de leur auteur. Quant au professeur, serein, il encourage ses élèves, leur montre toutes les possibilités offertes par l'outil qu'ils découvrent à cette heure. Le Journal du Diois, 1993

  • Quel plaisir de s'attarder devant chaque calligraphie, tracée avec amour et précision avec des matériaux d'autrefois. Ces formes élégantes dansent sous nos yeux, leurs couleurs nous éblouissent et nous parlent. La Charente Libre, 1993

  • Ses créations sont de véritables petits chefs-d'œuvre d'élégance, de pureté. De véritables poèmes du trait où il introduit de plus en plus la couleur pour illustrer des phrases d'auteurs empreintes d'humanisme et de philosophie. Le Berry Républicain, 1993

  • Massoudy a toujours pratiqué la calligraphie; mais il a su faire évoluer cet art millénaire, enraciné dans la tradition arabe, vers l'universalité de la peinture contemporaine. Convoquant les couleurs, le calligraphe est devenu peintre, à part entière. Dans ses compositions la ligne a conservé sa force; colorée, elle est devenue transparente, aérienne. Une œuvre très épurée, sereine, magnifiant le texte qui l'habite. Poésie et peinture se confondent chez Hassan Massoudy, artiste peintre et calligraphe, il anime la matière et y fait souffler l'esprit. Vision, 1992

  • Ces images d'une beauté et d'un humanisme à nuls autres pareils. Sud-Ouest, 1992

  • Peindre... Utiliser la matière pour exprimer ce que les mots ne peuvent dire. Renvoyer des images et des rêves à la tête des visiteurs d'une exposition. Donner vie à la poésie, lui donner un visage et se servir du mot et de ses lettres pour lui refaire un maquillage. Cette démarche d'artiste, on la ressent fortement lorsque l'on contemple les calligraphies d'Hassan Massoudy. La Voix du Nord

  • Sans doute faut-il aussi beaucoup de sagesse et beaucoup d'art pour réconcilier ainsi les pensées d'Orient et d'Occident, mêlées au cœur d'un trait qui est à la fois éthique et esthétique. Pour le bonheur du regard et la paix intérieure. Télérama, 1991

  • Les yeux peuvent se plonger pendant des heures dans ces calligraphies... Témoignages Chrétien, 1991

  • On n'entendait pas une mouche voler dans la salle. Ils retenaient presque leur souffle lorsque Hassan Massoudy trempait son roseau dans l'encre, et commençait à le faire danser sur la plaque de verre illuminée. Nord Matin, 1991

  • Et il y a bien, sous son roseau, mouvement et légèreté, générosité de la phrase au service de véritables paysages écrits. Libération, 1991

  • Massoudy introduit ses audaces d'artiste contemporain, d'abord la couleur, où le marron n'a pas peur ni du bleu ni du vert, où un noir d'encre ose l'explosion subite d'un jaune ou d'un rouge primaire... C'est très beau et c'est à la limite de l'art abstrait. Politis, 1991

  • Massoudy emprunte aux poètes anciens ou modernes les textes qu'il transcrit ou plutôt qu'il interprète. Le Journal de Genève, 1991

  • Voici les foules, voici les tempêtes, voici l'amour, tels que je les ressens, tandis que je veux lire au-dessous de ces envols de caractères les pensées les plus sages, les plus poétiques, que l'Orient ait à nous offrir. Le Méridional, 1991

  • Plongeant ses racines dans la tradition, il n'hésite pas à la malmener quand son esprit créatif le lui inspire. Le Figaro Magazine 1991

  • Une phrase le subjugue d'abord, ensuite un mot de cette phrase. Il inscrit la phrase à la base du tableau en arabe littéraire et ressort le mot clé qui va être le sujet principal du tableau. Intervient ensuite la gestuelle propre à l'artiste et l'apport de couleur pour donner au tableau son superbe mouvement. Var Matin, 1990

  • Hassan Massoudy, l'homme au calame, est l'héritier des premiers scribes, des enlumineurs aussi. Mais, il est plus que cela encore : la synthèse d'une tradition et de l'art le plus hardi des peintres occidentaux. Le Midi Libre, 1989

  • Quand il taille en trois coups de rasoir un roseau, pour en faire un instrument d'écriture, il sait déjà que ce jour là il a choisi de convaincre ou d'émouvoir. Communication et Langage, 1989

  • Dans ses fils serrés, la calligraphie d'Hassan Massoudy préserve la liberté de l'esprit. L'Est Républicain, 1986

  • A notre monde violent, Massoudy répond par la concentration intérieure, la maîtrise de l'énergie. A Suivre, 1986

  • Chaque phrase a la puissance d'un tableau. On découvre ses pleins et ses déliés obscurs sans chercher à comprendre. L'admiration suffit. Madame Figaro, 1986

  • La mémoire, encombrée par les trouvailles de l'iconoclasme, tourne en imaginaire. Le Magazine littéraire, 1986

  • Plaisir des yeux devant ces figures sobres ou débordantes, toujours fascinantes. Traits, 1986

  • Ses calligraphies introduisent un élément nouveau dans un art millénaire. Le Journal de l'Amateur d'Art, 1986

 

En savoir plus sur Massoudy : Français - - English - - Arabic - - Español - - Deutsch - - Italiano